Photo de profil top de l'artiste Marina Clemente

Marina Clemente

Photo de profil de l'artiste Marina Clemente

Résident

Ce qui me touche profondément maintenant, c'est la déconnexion croissante que les gens vivent entre eux et en eux-mêmes.

Le développement de la technologie, qui vise à accroître la communication, limite paradoxalement les situations qui favorisent un véritable contact et crée une réalité au rythme très rapide.

Par exemple, pour savoir où se trouve une route, nous n'avons plus besoin de parler avec des étrangers: une recherche sur Google maps sur nos appareils portables suffit.Les r...



+



Ce qui me touche profondément maintenant, c'est la déconnexion croissante que les gens vivent entre eux et en eux-mêmes.


Le développement de la technologie, qui vise à accroître la communication, limite paradoxalement les situations qui favorisent un véritable contact et crée une réalité au rythme très rapide.


Par exemple, pour savoir où se trouve une route, nous n'avons plus besoin de parler avec des étrangers: une recherche sur Google maps sur nos appareils portables suffit.
Les robots peuvent nous appeler à partir d'un numéro inconnu. Pour réserver un rendez-vous que nous n'avons même pas besoin d'appeler, il suffit de remplir le formulaire sur le site.


En raison de ce nouveau paradigme de communication, le contact visuel n'est plus une habitude naturelle, nous essayons donc de l'éviter, car il nous fait nous sentir terriblement vulnérables.


Je considère la vulnérabilité comme la capacité de me permettre de ressentir et d'exprimer l'imperfection et le chaos, sous la forme de sentiments et de doutes diamétralement opposés.
Aujourd'hui, nous avons plutôt tendance à nous envelopper dans notre bulle individuelle et nous nous habituons à agir et à vivre seuls, affichant une image extérieure de nous-mêmes d'ordre, de perfection et de confiance en soi extrême.


Mais de cette façon, nous nous déconnectons non seulement des autres mais aussi de nous-mêmes: nous nous précipitons toute la journée en oubliant de ressentir ce qui se passe en nous.


À la fin de la journée, il me reste des fragments de citations, de dialogues, de phrases et de mots entendus ou lus accidentellement. J'en prends des notes et je les utilise comme source d'inspiration et comme point de départ pour mes peintures, en raison de leur possibilité inhérente d'interprétation différente.


De ce chaos naissent mes sujets anthropomorphes et les titres de mes œuvres.


Mon objectif est d'intégrer le chaos des traits abstraits, des mots, sortis de leur contexte avec l'ordre de la peinture figurative, créant une nouvelle connexion par la déconnexion.


Mes sujets sont des images d'humains hypothétiques qui deviennent eux-mêmes, en tant que contexte, en tant que forme anthropomorphique de chaos, ou en tant qu'histoire, qui peut être perçue à un niveau sensuel.


Cela donne au spectateur de nombreuses options d'interprétation et la possibilité de connaître la vulnérabilité à une distance de sécurité.


public
Peintures Numero 1

Peintures